Jean Marquis – Manifestons nous – Manifestation en soutien aux époux Rosenberg, Place de la Nation, Paris 1953 - Collège Boris Vian - COUDEKERQUE-BRANCHE – Mars 2018

Le CRP/ (Centre Régional de la Photographie) de Douchy-les-Mines a eu l’extrême gentillesse de nous prêter une œuvre emblématique du photographe Jean Marquis pour l’exposition eroa (espace de rencontre avec l’œuvre d’art) "Manisfestons nous" du collège Boris Vian de Coudekerque-Branche en mars et avril 2018.

 

Se rassembler c’est une manière d’exprimer du commun dans nos sociétés, c’est partager un espace, des moments festifs aussi, des idées, mais c’est également affirmer, lut­ter et revendiquer. Les artistes, pre­nant le pouls de nos démocraties, ont toujours été des témoins, voire des acteurs de ces moments d’ex­pression collective, contribuant à les faire connaître et recon­naître, et à construire leur Histoire.

 

Ici, la photographie de Jean Marquis Manifestation en soutien aux époux Rosenberg, Place de la Nation, Paris 1953 rend compte de la mobilisation à Paris en faveur d’Ethel et Julius Rosenberg à la veille de leur exécution, qui eut lieu le 19 juin 1953 aux Etats-Unis. Le couple est accusé d’espionnage au profit de l’URSS en pleine période de Guerre Froide et en particulier d’avoir divulgué des "secrets atomiques".

 

Le photographe pointe son objectif uniquement sur une mul­titude de mains levées, témoi­gnage de force ou de solidarité lors de la manifestation en soutien aux époux Rosenberg. Il montre alors une scène incomplète où la majorité des corps a disparu de l’image photographique. Le photographe emploie des com­positions étudiées. Le choix du cadrage semble primordial. Avec cette photographie, Jean Marquis a su développer une nouvelle dra­maturgie de la solidarité humaine.

 

Tout peut être un sujet intéres­sant, il faut demeurer à l’affût des évènements. L’artiste joue avec le hors champ, décontextuali­sant ainsi la manifestation, ce qui donne une dimension énigma­tique à cette scène, par la pré­sence de toutes ces mains levées.

Quel que soit le sujet qu’il aborde, le photographe laisse rayonner, avec simplicité et rete­nue, son émotion et son empathie.

 

<diapo>i1.jpg;i2.jpg;i3.jpg;i4.jpg<diapo>