Bertrand Gadenne - Les regardeurs - College François Mitterrand - THEROUANNE - janvier 2018

i1.jpg

Une rencontre, un workshop, des installations vidéos avec Bertrand Gadenne dans notre collège : les regardeurs ...

 

L'an dernier, notre eroa a permis de rassembler un corpus d'oeuvre du 13e siècle à nos jours portant sur le « bestiaire » caricatural, dans la tradition de Jean de La Fontaine : « Je me sers d'animaux pour instruire les hommes ».

 

Cette démarche artistique critique a sensibilisé nos élèves à une forme d'engagement qui les a touché au plus profond de leur nature humaine et animale. Néanmoins une certaine forme d'instrumentalisation de l'animal était inhérente aux œuvres exposées, sans être généralisable au champ de l'art qui s'empare de l'image de l'animal.

Notre volonté est de poursuivre et d'élargir cette relation aux animaux dans l'art en invitant un artiste contemporain qui tente de leur redonner une dimension métaphysique et poétique, tout en les installant dans notre univers quotidien.

 

« Gadenne choisit ses modèles pour leur photogénie, au terme de singuliers castings, pour leur capacité à concentrer par un mouvement (une chouette qui se gonfle d’une inspiration, un serpent au regard définitif) une intensité. Mais le ressort animal n’est pas affectif ici : les animaux ne sont ni sympathiques ni rebutants. Ils sont, simplement et agissent dans leur monde, qu’un simple écran sépare de celui du visiteur, du passant. La distance est celle de l’observation scientifique, bien plus que de la fable. C’est la situation de vis-à-vis, au travers de divers dispositifs visuels, et l’état de conscience qui peut lui correspondre, qui demeure au centre du travail, et non les charges symboliques ou les qualités spécifiques, le pittoresque ou l’anthropomorphisme. Les animaux sont là pour eux-même, et non comme métaphore… La bête comme expérience et non comme objet d’identification, mais plutôt de distanciation, voici ce qui se joue dans le bestiaire ordinaire de Bertrand Gadenne. »

 

Christophe Domino, « Comme des bêtes » Centre National de la Photographie-Paris, 2002

 

La vie animale est quasi absente, inexistante dans notre collège : l'animal, c'est le désordre, la saleté. Il est interdit de ramener des animaux au collège … Seuls subsistent quelques spécimens rares pourchassés ou sous contrôle : un couple de perruches en cages dans le hall d'accueil, un poisson rouge dans le bureau de la CPE, des insectes et autres petits animaux observés en classe de SVT, des occupants indésirables pourchassés par les agents( mouches, araignées, souris …).

Il s'agit d'entamer par le biais de cet eroa, de la rencontre et de la pratique artistique, une réflexion sur la place des animaux dans notre collège et dans la société ; sur la capacité de l'artiste à mettre en œuvre par le biais de leur image, une forme d'émerveillement et de magie au sein même de la scénographie architecturale quotidienne.

Il s'agit également de découvrir et d'expérimenter une approche particulière et projective de l'image : un dispositif ambigu à la fois distancié et contemplatif mais aussi immersif et participatif.

 

Un workshop avec Bertrand Gadenne se déroulera les 11 et 12 janvier prochains, qui donnera lieu à la création d’une installation vidéo sur les hublots du CDI du collège, visible de la rue.

 

Le vernissage de l’exposition « les regardeurs » aura lieu le vendredi 19 janvier à 18 heures.carton recto def.jpgverso def.jpg